Post-Partum - Les causes

par votre hypnothérapeute Hélène Vincent

Naissance – post-partum – babies blues – déprime passagère

La période qui suit l'accouchement est parfois nommée « le dixième mois ». Cette période est vécue avec difficulté par bien des femmes. C'est pourquoi il est important de connaître les grands changements physiques et les bouleversements moraux qu'entraîne l'accouchement. Avertie de ce qui l'attend possiblement, la nouvelle maman sera mieux outillée pour faire face aux changements qui peuvent l'affecter durant cette période dite du « post‑partum ».

Les signes révélateurs :

• Une profonde tristesse sans raison apparente ;
• Un épuisement permanent ;
• Des troubles du sommeil (dormir trop ou pas assez) ;
• Un sentiment de dévalorisation ou une culpabilité excessive (se percevoir comme une mauvaise mère ou établir avec difficulté un lien avec le bébé) ;
• Vivre avec inquiétude la perspective d'un avenir incertain ;
• Une incapacité à s'occuper correctement de l'enfant ;
• Un désintérêt pour les activités ou manque de plaisir durant celles-ci ;
• Un changement d'appétit ;
• La perception que les choses ne s'amélioreront jamais.

Les causes qui peuvent occasionner ces difficultés comportementales.
Les causes physiques :
La fatigue : La fatigue entraîne la déprime. Force est de constater que la plupart des jeunes mères sortent épuisées de l'accouchement. Cet état résulte de la tension nerveuse créée par une appréhension craintive de la naissance. À cela s'ajoute la souffrance liée à un accouchement douloureux. Le bruit ambiant et les perturbations pouvant survenir en milieu hospitalier peuvent également aggraver la situation.
Les hormones : Dès que l'accouchement est terminé, la chute des taux d'hormones est brutale. De plus la grossesse a pu affecter le système limbique du cerveau d'où sont contrôlées les émotions.
La douleur : coccyx déplacé, hémorroïdes, difficultés d'allaitement. Chacune des ces sources de douleur affaiblissent le corps, troublent le sommeil et « sapent » le moral.
La thyroïde : Le mauvais fonctionnement de celle-ci peut avoir un effet très négatif.
 L'anémie : causée par une diminution du nombre de globules rouges dans le sang. Ceci entraîne une carence en fer qui aggrave la fatigue et donc l'impression de « déprime ».
Une carence en potassium : elle se traduit par un sentiment de lassitude.

Les causes émotionnelles :
L'impression de « perdre le contrôle de sa vie ». Avec l'arrivée du bébé, une forme de chaos et un sentiment d'incertitude s'installent dans leur vie. De fait, elles perçoivent la succession des tâches domestiques comme une montagne à déplacer ; quelque chose qui ne pourra jamais être terminé et qu'elles sont dans une situation de laquelle elles ne pourront jamais s'échapper.
L'impression d'être en compétition avec d'autres femmes. Parfois, lorsque la femme est trop perfectionniste, elle peut vivre une forme de panique si les réactions de son enfant n'entrent pas dans des cases bien définies. Or chaque bébé a ses propres rythmes, lesquels peuvent être bien différents des autres enfants ou du schéma que la mère avait anticipé.
Un sentiment de culpabilité de ne pas être une « bonne mère ».  Submergées d'informations parfois contradictoires, elles deviennent dépendantes de l'avis de spécialistes et oublient leur instinct maternel et perdent le sens du discernement.
Regrets.  Peu de femmes réalisent à quel point une des principales émotions ressenties après un accouchement peut être le regret ou la déception : l'accouchement ne s'est pas déroulé comme prévu (césarienne, épisiotomie, forceps, bébé en unité néonatale….), le père ne s'est pas comporté comme elle l'avait espéré, la perte du statut de petite fille ou de femme enceinte.

Les causes socio-économiques
L'isolement ou le sentiment de perdre son identité de femme lorsque la jeune mère se retrouve seule à la maison, surtout si elle auparavant elle vivait une activité professionnelle très valorisante.
Un déménagement juste avant la naissance du bébé. En particulier si la jeune mère ne connaît pas encore son nouveau quartier et ne dispose plus de son réseau d'amis.
Des tensions économiques et professionnelles, surtout si la femme doute de son aptitude à reprendre son travail, si le père est au chômage ou menacé de licenciement, ou si la situation financière du couple était déjà précaire avant l'arrivée du bébé.
Des réactions négatives du père. Si celui-ci est trop perturbé, surtout s'il semble jaloux ou frustré, cela peut exacerber le sentiment de fragilité et l'insécurité de la mère.